La mode selon Yassine

1. Qui est Yassine Morabite?
Yassine Morabite, 27 ans,  est un jeune créateur marocain basé dans la mythique ville de Casablanca.

Son histoire et son parcours ont le charme d’un conte de fées des temps modernes.

Passionné par le dessin depuis son plus jeune âge, Yassine se révèle extrêmement doué au fil des années. Entièrement autodidacte, les gribouillages d’enfants se sont peu à peu affirmés en un talent hors du commun qui n’a pas tardé à se faire remarquer.

Sous le surnom de <ByNbel>, Yassine se lance en 2004 dans la confection de t-shirts uniques dessinés à la main ! Chaque t-shirt nécessite des heures de travail, mais donne naissance à une pièce unique.

Aujourd’hui, la maturité personnelle et professionnelle rentrent en jeu et Yassine se lance enfin en créant son propre label ‘WAREBEL’. Une marque qui réunit son talent de dessinateur, sa vision de créateur et sa fraicheur.

http://warebel.com/

2. Que veut dire ‘la mode’ pour toi, Yassine?
Comme on le sait tous, la mode ne se limite pas juste dans un style vestimentaire, mais ça concerne aussi les parfums, maquillages et accessoires..  La mode revient à chaque fois au fil des années comme on l’a tous remarqué – les tendances des années ’70 sont aujourd’hui à la mode!

De mon point de vue, ça reste une question de goût et surtout de style de chacun de nous et sa manière de voir les choses – l’important c’est qu’on soit chic.

3. Que souhaiterais-tu dire aux fashionistas Marocains?

Les jeunes d’aujourd’hui, malheureusement, me paraissent tous dans la même tenue, ils/elles ne font pas assez d’efforts pour se démarquer pour avoir leur propre style.  Bien évidemment, je ne suis pas en train de généraliser, mais beaucoup devraient revoir leur façon de voir ‘la mode’.

4. Grâce à ta victoire en 2011 au concours de look  ‘Je suis la mode’ des Galeries Lafayette, tu as défilé en septembre dernier au plus grand défilé du monde à Paris. Peux-tu nous dire quelques mots sur cette expérience?
C’était la fréquentation de professionnels de la mode des quatre coins du monde dont j’avais besoin pour partager ce que j’avais appris. Certes, ça ne s’arrêtera pas ici –  j’espère que j’aurai encore l’occasion de visiter d’autres métropoles pour d’autres occasions.

Share This Post